Apr 292012
 

Depuis l’établissement d’un moratorium sur l’extraction du gaz de schiste dans le Karoo par fracture hydraulique, il y a un an, le silence de la ministre des ressources minérales, Suzan Shabangu, est total, constate l’auteur de l’article.

L’opinion est divisée entre l’impact négatif sur l’environnement qui n’est pas mis en doute, les immenses besoins d’eau que cette méthode nécessiterait et l’existence révélée d’importantes réserves souterraines de gaz naturel.

L’article remarque que la royal Dutch Shell, notamment, dépense des centaines de millions de rands pour une future exploration alors que le moratorium devait, en principe, se terminer en février, en principe car la ministre n’a dévoilé aucune orientation. Mieux, son porte parole a déclaré que le sujet n’était pas à l’ordre du jour du prochain conseil hebdomadaire des ministres

Le porte parole de l’Alliance Démocratique, premier parti d’opposition, déclarait que dans le cas où le moratorium était levé « l’ANC pourrait gagner une fortune » car, affirmait-il, Batho-Batho Trust, sponsorisé par le parti au pouvoir, détient 51% des actions dans Thebe Investment, structure locale de Shell.

Pour l’auteur de l’article, l’attitude du gouvernement mériterait d’être plus transparente, pour le bien de tous.

Publié sur le site Independent Online-Business le 20/04/2012 par Donwald Pressly.

Source :  http://www.iol.co.za/business/business-news/secrecy-over-fracking-is-bad-for-all-1.1280282

Share

Laisser un commentaire